• On continue dans le panier

     

    Bon, ben reprenons notre balade dans le Panier .....

    Au fait , pourquoi qu'il s'appelle le panier, parce qu'il y a une rue du Panier...

    et parce qu'en 1683 il y avait une auberge qui s'appellait le logis du Panier et qui avait un panier suspendu à l'entrée .

    Il y a eu aussi une maison avec une statue de la Vierge portant un panier ..   

     

    Rue nommée Puits-Baussenque au Moyen âge  après avoir eu le nom de Carriero doù Pouis Tapas. 

    les terres des Princes des Baux ( du temps où ce n'était pas devenu un marquisat ) étaient appelées terres baussenques. 

    Une rue , une traverse Baussenque au Panier .  Un lien avec la famille des Baux ? ce n'est pas prouvé !   

    La révolution la baptisa Rue de la Massue .

    Il existait un  puits couvert par une dalle de maçonnerie et comblé a la fin du 1 er empire .

     

    Rue montée des Accoules qui aboutit Place de Lenche .

    A cet angle ( Montée des Accoules / Place de Lenche ) se trouvait l'hôtel de la famille Riquetti-Mirabeau !

    Miou-oui miou-oui, la famille du  Mirabeau ki a dit

    " nous sommes entrés par la volonté du peuple, nous n'en sortirons que par la force des baionnettes "   .

    Mais un peu plus d'un siécle plus tôt quand louis XIV vint à Marseille briser la ville , c'est dans cet hôtel qu'il logea. 

    Faut dire que Thomas Riquetti de Mirabeau ,  le bisaieul  ( arriére Grand Pére ) du tribun , s'installa avec opulence dans son hôtel où se réunissait toute l'élite de la société marseillaise , apprenant aux gentilhommes à se distinguer par des "maniéres élégantes " . Habillant ses valets d'habits rouges , il introduisit ainsi à Marseille en 1625 l'usage des livrées . 

     Le dit hôtel fut vendu par son dernier propriétaire,Gaspard de Maurellé ,  marquis de la Roquette , à l'oeuvre des "enfants abandonnés "  avant de devenir en 1794 la propriété de l'administration des hospices sous le nom d'Hôpital des enfants de la Patrie .

    Devenu collége , il devint caserne des sergents de ville avant d'être abattu et remplacé par des maisons modernes.

    La dite Place de lenche ressemble plus à  une rue qui porta successivement les noms de place de Saint-Thomé au début du 14 éme siécle ,  de la fonderie au debut du 16 me siècle ,  Place st Sauveur,

    et sous la révolution : Place des enfants de la Patrie . 

    Elle doit son nom à un marin corse , Thomas Lenche, né à Morsiglia.

    il s'installe à son compte à Marseille , y épouse le 6 juillet 1541 Hugon NAPPOLEON, très riche héritiére  ce qui lui permet de créer la compagnie du corail avant de devenir second consul .

     

    le four des navettes , rue de la caisserie.

    A l'angle de la Place de Lenche et de la rue de la Caisserie , se trouvait une fontaine-lavoir au début du 20 éme siècle .

     

    lovée dans un renfoncement et sous un platane , la petite place des Augustines se cache . Là où nous apercevons les parasols rouges  .

    La place des Augustines devait son nom au couvent des Ursulines cloittrées qui suivaient la régle de St Augustin .

    Cette place est  devenue place de la Bastille sous la Révolution .

    Le Palais de Justice était situé sur la place Daviel toute proche et c'est du balcon du palais de Justice qu'était rendu la sentence qui envoyait le jugé coupable anti révolutionnaire déposer sa tête dans le panier de la guillotine installée sur la dite place de la Bastille !

    C'est dans une maison de cette même place au numéro 14 qu'un jeune officier natif d'Ajaccio en corse , affecté au service des batteries du littoral résida en 1794 .

    Il résida plusieurs fois à Marseille , nous en reparlerons .... 

    U immeuble avec Un passage , une arche qui enjambe des escaliers et nous nous retrouvons rue du Lacydon, face au port !

    La rue du Lacydon était anciennement la rue Bouterie ! 

    Détruite par les allemands dans le grand feu d'artifice qu'ils firent du quartier en février 1943 , elle a été reconstruite en 1948/1950 et fut rebaptisée  rue du Lacydon du nom du ruisseau qui se déversait dans le port du Lacydon .

    Sur de vieilles monnaies antiques , le nom de Lacydon est accolé à l'image d'un jeune dieu aux cheveux bouclés mais avec une corne sur le front .

    Reproduction que l'on trouvait sur la plaque du vieux port où il est dt qu'en 600 av JC etc....

    La rue Bouterie ( de boutier , mot provençal qui veut dire tonnelier le /la boute étant une barrique ) portait ce nom en 1378.

    Fin du 19 ème siècle elle abritait une toute autre profession , c'était une rue réservée aux maisons accueillantes ...

    Ti halte , avant de continuer ......

    « Un ti tour en 1981 en haute Savoie.....Faut-il pleurer , faut-il en rire .... »

  • Commentaires

    1
    Mardi 6 Août à 15:06

    Ben dis donc. Que d'histoire derrière ces noms de rues plus ou moins changeants. Il doit falloir s'imaginer en déambulant la vie de l'époque. Pour le jeuen corse , j'ai ma petite idée (pas trop difficile). J'aime bien le nom de Lacydon.

    Bonne après midi, de repos j'espère

      • Mardi 6 Août à 15:19

        Je trouve stupéfiant que dans un tout petit périmétre on trouve sur 150 ans  la présence de 3 figures bien différentes de la France !

        Louis XIV , Mirabeau, Bonaparte...... 

        Le jeune Napoléon agé de 17 ans ( oh mais il me faut verifier cette date , ca me parait peu possible quà cet âge là , il ait t déja une affectation militaire , je dois faire un amalgame  ) , donc à 17 ans , son ambition se localisait  en Corse ...

        Repassage pour Nounou au programme, grosse sieste pour le Phiphi épuisé

      • Mardi 6 Août à 15:50

        Vérification faite dans le vieux Marseille , ce serait en 1794, ce qui me parait nettement plus probable bien que ...j'en doute  . Dommage que je ne puisse pas lire la plaque , car dans le guide où j'ai trouvé 1786 , il est dit qu'en 1793 il logeait rue de Paradis....

        Trouvé sur internet à Maison des augustines 

        et aussi 

        Il ne me reste plus qu'à verifier chez Decaux/ Castelot .....car je ne suis pas convaincue .....

        Je veux bien que Napoleon ( que j'aime beaucoup en Bonaparte ) soit un génie précose , mais à 17 ans ......... un tel poste alors que nous sommes encore sous la royauté .......

      • Mardi 6 Août à 15:58

        C'est vrai que c'est un peu jeune ... Merci pour les informations

        vu ça

        https://www.corsematin.com/article/culture-et-loisirs/histoire-les-bonaparte-refugies-corses-a-marseille

      • Mardi 6 Août à 19:19

        J'ai commencé un article sur les Bonaparte à Marseille. 

        Il faut aussi que je me plonge dans mes archives parce que je sais que j'ai quelque part l'acte de Mariage de Joseph Bonaparte , je l'avais trouvé par hasard en feuilletant les archives à la recherche d'un acte  mien .

        Lu l'article de corse matin, Merci

         

    2
    TICARAMEL2
    Mardi 6 Août à 15:20

    Bonjour Parrain: papa il connait marseille en chanson...." à marseille qué merveille il y a des quoi charmants la joliette l'estaque ou st.jean...etc...avec la trilogie de marcel pagnol...et avec sa jeunesse...vauban...la rue breteuil...st.victor...le carénage... Et sa bonne mère.....Bisounéttes parrain,bisous à ta nounou et papounet.

    3
    rolande
    Mardi 6 Août à 16:14

    Epoustouflante l'histoire de ces rues du vieux panier que je n'ai pas connues .... mais la rue du Lacydon de maintenant oui je connais, cela fait plaisir de se replonger sur cette partie de l'histoire et surtout cette trilogie de grands hommes.......

    bises a tous

      • Mercredi 7 Août à 10:13

        Comme toutes les rues des coeurs des cités.......Rues qui datent du Moyen-âge , d'un temps où la féte paienne, l'humour bon enfant avaient autant d'importance que le religieux .... Toute la richesse du bon vivre de ce temps des troubadours, trouvéres,où fleurit la plume de  Christine de Pizan et de François Villon........

        Bises

    4
    Mardi 6 Août à 19:38
    Dani et ses Chats

    Super tout ça. Bien instructif !

    Nounou nous fait la leçon d'histoire, de celles qu'on aime, avec plein de petits détails !

    J'apprends pourquoi ça s'appelle Le Panier.

    Lacydon, une connaissance de mon mari (du temps où il habitait Cabriès) tenait la galerie Lacydon.

    Nous étions allés à un vernissage.

    Cette place est très belle je trouve.

    Bonne soirée. Bises

    Câlins Phiphi.

      • Mercredi 7 Août à 10:15

        Oui très belle, petite placette dans un recoin sur une place plus grande . Il y en a plein comme cela à Marseille ......

        C'est l'agréable surprise d'être toujours le nez en l'air ....parfois au grand désespoir de GM qui s'impatiente ....

        Bises

    5
    Danielle =^.^=
    Mercredi 7 Août à 08:59

    Merci Nounou pour cet article d'Histoire et d'histoires ... quelle richesse de documentation, quelles recherches là derrière ...

    Je suis impressionnée aussi par le changement d'affectation des bâtiments, hôtel particulier, hôpital, caserne ... et tristement démolition ...

    Câlins au Ti Phiphi que j'espère en forme et au calme, excellente journée à tous =^.^=

      • Mercredi 7 Août à 10:18

        Ah les recherches c'est le plus grand des plaisirs.......quan don aime cha .

        Nounou aurait aimée être une historienne à la Decaux/ Castelot  , elle adore fouiller les archives .....faire revivre le passé , si rche dans sa diviversité ........

        Pleins de léchouillettes aux minettes et à Tatie en particulier

        Bises à Danielle

    6
    Mercredi 14 Août à 12:48

    Moi ce qui me frappe aujourd'hui c'est comme la rue est lisse par rapport à ce qu'elle était avant, comme si on s'était évertué à gommer des aspérités indésirables. Je les aime bien ces aspérités moi.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :