• Le temps d'avant ........

     

    "Mon Maître il est pas sûr que le Monde soit pire qu'avant. Il croit que c'est plutôt que maintenant tout se sait.
    Aurais-tu appris cet assassinat si le Blog de Frimousse ne t'en avait pas parlé" a écrit Frimousse dans un com .

    C'est vrai Frimousse que tout se sait très vite à présent . N'empéche .


    Nounou quand elle était petite habitait Marseille , à Vauban très précisément ( Nd de la Garde) . Si tu avais vu la clé pour fermer la maisonnette au fond de la cour  .............. comme si c'était pas fermé !

    La porte ? une porte vitrée des plus ordinaire , jamais fermée .

    La porte pour fermer, le soir ou l'été quand il faisait chaud , une porte en fer tout de gingouin , juste fermée par un crochet et la porte qui donnait sur le boulevard c'était pas mieux ! Quand sa Mémé partait faire les courses elle fermait même pas à clé !

    On parlait pas de meurtre ni de cambriolage , et pourtant avec toutes les Mémés assisent le soir sur une chaise sur le pas de la porte, c'était pire qu'internet pour diffuser les nouvelles  ........

    Et que je te raconte ce que j'ai entendu à la T.S.F , et que je commente ce que j'avais lu dans le petit provençal , et que je papote sur tous les oui-dires glanés chez le boucher, le boulanger, le marchand de légumes....

    Rien de ce qui se passait dans le quartier , n'échappait à la sagacité des Mémés .

    L'affaire Dominici et Marie Bénard , ah oui, elles en parlaient , donnaient leur opinion , décortiquaient le moindre fait rapporté !

    Aucune n'aurait raté ce qui était alors le feuilleton de l'année .....

    Un vrai village que Vauban .........

    Nounou quand elle est partie habiter à Paris  , y passait toutes les grandes vacances , et ce jusqu'en 1959 . Elle n'a jamais entendu parler d'un moindre cambriolage .......dans son quartier bien sur .....

    Et c'était pareil quartier Breteuil et aussi chez sa tatie à Fréjus .

    Les quelques bijoux de famille  n'étaient pas cachés , mis au coffre , non, ils étaient portés, quittés sur la table de nuit ....

    Pour sortir pas la peine de mettre un foulard pour les dissimuler . Aucun risque qu'ils soient arrachés .......

    L'argent ? il était glissé sous la pile de drap , et le porte monnaie était rangé dans le couffin , dans la cuisine .

    Pas de chéquier, ni de carte bancaire ...... du liquide !

    Nounou dit que " oui , C'était un autre temps mais est-ce que ce qui était mieux d'un coté l'était pour tout ?"

    Moi Phiphi, je sais pas .

     Ce que je sais, c'est que chaque fois que Nounou dispute avec une connaissance comme on dit , elle apprend des agressions, des vols ....

    Il n'est plus possible de s'absenter sans tout fermé ! Ne serait-ce que pour les assurances , au cas........

    Plusieurs fois déja depuis 30 ans les miens ont été victimes de vols !

    Oh ! pas de grands vols , mais quand même , rien que le fait de savoir que quelqu'un s'est introduit chez toi alors que tu regardais la télé ou tout simplement dormais, ben c'est traumatisant  ......

    Sûr que coté sécurité, c'était mieux avant .....

     

     

    « ¨Petite gazette du 12 novembre 2013 Bonne nuit ..... »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 15:07

    Bonjour !

     

    Non. Désolé. Je ne peux pas être d'accord avec "c'était mieux, avant". C'était différent.

    Je me souviens de l'Affaire Dominici, du triple meurtre de Lurs. Il n'y avait pas de feuilleton télévisé, ça remplaçait ! Mais il fallait tous les ingrédients d'une bonne histoire – et c'était le cas avec cette affaire. Les autres faits divers plus banals, ça restait au niveau local, on n'en parlait pas. Combien y en avait-il ?

    Quant aux vols il y en avait forcément beaucoup moins ! Car il y avait des milliers de fois moins de choses à voler ! Pas d'écrans plats, beaucoup moins d'autos, pas de Hifi, pas d'autoradios, par d'Iphones, rien, à comparer d'aujourd'hui !

    Mais il y avait un vol collectif dont les générations de Français avant nous se sont rendues coupables et que nous payons tous aujourd'hui : le pillage des colonies et le traitement infligé à leurs habitants. De ce point de vue-là, oui, c'était bien mieux, avant. Si ça avait pu continuer, si on avait pu continuer à disposer de matières premières et d'énergie à bas prix, si on avait pu fourguer nos productions aux indigènes qui n'avaient d'autres choix que d'acheter nos productions, il n'y aurait pas de Crise, en France, aujourd'hui. À moi, à l'école, à l'église, partout, on m'a appris que c'était la Civilisation qu'on leur apportait. Mensonge ! C'était le pillage qu'on organisait.

    Mais cessons de considérer le passé avec nostalgie. L'important, c'est l'avenir. Pas l'avenir de vieux comme moi, mais celui des enfants d'aujourd'hui. Quelles solutions pour construire un Monde où il fera bon vivre ? Recruter plus de flics ? Construire plus de prisons ? Renvoyer "chez eux" des étrangers qui reviendront par centaines de milliers voire par millions, puisque nous sommes incapables de leur donner les moyens de bien vivre "chez eux" ?

    2
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 15:46

    Ouhhhh, les idées s'affirment .

    Le dernier paragraphe du maitre de Frimousse m'interpelle .

    Mais , en même temps, les dires de Nounou sont réels.Aussi, l'information passant mieux, tout se sait .

    Enfin, attention, ce qu'ils veulent bien nous dire ....pour nous tenir en haleine et détourner notre attention de ce qui est préoccupant .

    Bisous à tous .

    3
    Samedi 16 Novembre 2013 à 00:16
    Chatdesîles_

    Le monde a changé. C'est sûr.

    Mais on n'a pas le choix, il faut vivre avec son temps et faire avec.

    Bonne soirée

     

     

    4
    Samedi 16 Novembre 2013 à 10:54
    Frimousse74

    Mon Maître il voudrait dire à Zoé et à Chatdesiles, et aussi à la Nounou de Ti-Phiphi, qu'il ne sert à rien de se lamenter sur le passé ou le présent. Ce qui l'inquiète au plus haut point c'est qu'il n'entend pas de propositions sensées concernant l'avenir - surtout de la part des Yaka !

    La violence appelle la violence, dit mon Maître, et la haine appelle la haine.

    Mon Maître ne donnera qu'un exemple. Quand on compare une femme noire à une guenon, quand on laisse une petite fille lui offrir une banane, quand une députée se permet de parodier la bonne vieille réclame raciste du temps jadis pour le chocolat en poudre, "Y'a pas bon, Taubira", où va-t-on ?

     

    5
    Samedi 16 Novembre 2013 à 11:19

    Le M de Frimousse , Zoé de Gavin, Chatdesîles

    Si vous lisez bien l'article , il n'y est question que de sécurité .

    Le monde a changé, c'est normal, depuis que le monde existe il change , pas toujours pour le mieux .

    Du temps dont je parle ( 1944-1959 ) les grandes surfaces n'existaient pas .

    Les légumes étaient de saison .

    Les fruits exotiques  arrivaient par bateau .

    Pas de frigo : juste un blog de glace dans un seau , l'été ou les bouteilles de limonade fermées par un crochet ( pas de gaspillage de bouchon) misent dans un seau descendu dans le puit pour la fraicheur . Les bouteilles étaient consignées et pas jetées.

    Le poisson était plié dans un papier gris , style buvard .

    Le journal , après avoir été lu ,  servait à faire les vitres ou mélangé à de l'eau puis séché,  des boules stockées avec le charbon pour allumer la cuisinére  .

    Pas de télé , juste la Tsf, mais on se réunissait entre voisin pour refaire le monde , on lisait , on tricotait , un membre de la famille venait 'passer la soirée' ......

    Mais :

    On mourrait d'un rien .La médecine n'avait pas fait les progrés qu'elle a réalisée depuis . On était soigné avec des médicaments très simples et les antibiotiques ( un très grand progrès )  n'étaient pas prescrits pour un oui ou un non .....

    Le commun des mortels  du quartier n'avait pas de salle de bain, ni de cabinet de toilette , ni de chauffage central , ni de voiture ....

    Les voyages se limitaient à faire un séjour chez la grand 'mére , la tante ...

    Les vacances ? c'était ne pas travailler, ne pas aller à l'école .

    Je pourrai continuer ainsi l'énumération des plus et des moins , d'un modeste quartier .

    Je ne dirai pas c'était mieux, c'était moins bien , Je ne sais pas ! Juste il me semble que c'était beaucoup plus simple, naturel.

    Mais surtout, la seule drogue était le tabac .......

    Parce que ce que je sais , ici, c'est que la drogue est la cause de beaucoup de maux .Dans les cambriolages , seuls l'argent et les bijoux sont volés.

    Bon samedi

    6
    Samedi 16 Novembre 2013 à 11:25

    Nos messages se sont croisés avec le Maitre de Frimousse 

    Je suis là tout à fait d'acord avec Vous .

    Pourquoi en est-on arrivé là ?

    Je reviens en ce temps dont je parle .

    Grand chat, agé de 8 ans , a reçu une fois une gifle de son instituteur .Il avait quitté sa place parce que 11 h et demi venait de sonner et l'instituteur continuait sa leçon . Il s'est rassis, la main sur la joue et s'est bien gardé de le dire à son pére , il en aurait reçu une autre .

    Quand à ce qui se passe avec la ministre des sceaux, là on est tombé plus que bas : c'est insupportable . Que ce soit la ministre ou une personne lambda.....

     

    7
    Dimanche 17 Novembre 2013 à 10:20
    Le Maître de F.

    On fait plus que se croiser !

    "La France est le pays du père Fouettard. Même les autres pays latins ont signé l'abolition des châtiments corporels prônée par le Conseil de l'Europe. […] On doit savoir que tout acte de violence a un impact sur le développement cognitif et sensitif de l'enfant.[…] On lui apprend que la violence résout les conflits."

    Extrait du magazine ELLE de cette semaine, page 168.

    La fessée, la gifle, sont des moyens de "passer ses nerfs" pour celui qui les donne, parent ou enseignant. Elles n'apportent rien de positif pour ceux qui les reçoivent.

    Je ne tolèrerais pas que quelqu'un frappe Frimousse. Aurais-je dû tolérer qu'un enseignant frappe mon fils ? S'il avait été frappé, j'aurais déposé immédiatement plainte auprès du procureur de la république.

    Il est certes toujours possible d'une erreur, d'un moment d'énervement. Mais dans ce cas les excuses de l'enseignant doivent suivre dans la minute qui suit le mauvais geste.

    Il est extrêmement difficile d'avoir des données exactes sur l'évolution de la violence en France car comment savoir si une éventuellement augmentation des cas de violence physique provient d'une plus grande efficacité de la police, d'une diminution du nombre de victimes qui ne portent pas plainte ou d'une vraie augmentation des cas. Chacun fait "son shopping" pour trouver les statistiques qui lui conviennent.

    Je voudrais terminer par un fait troublant. Ils sont nombreux les partisans d'une répression plus violente de la part des forces de l'ordre. Et pourtant ils ne font jamais état du nombre de meurtres avant et après l'abolition de la peine de mort. Pourtant, pour les meurtres, les statistiques ne peuvent être faussées ! Pourquoi ?

     

    TRÈS amicalement



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :