• Le peseur d'âme ....

     

    Actualité sinistre qui annonce que pour la nieme fois la fin des soins du  pauvre Vincent Lambert vont être arrété !

    Les soins ?

    De ce qui est dit dans les médias,  ce qui est appelé "soins" , c'est l'hydratation et la nourriture perfusée .

    Des médocs vont lui être injecté pour ne pas qu'il souffre , c'est ce que nous avons entendu ce midi .

    Hors pour l'arret de ces "dits" soins  , c'est son état végétatif qui le justifie ....

    Ce qui veut dire que malgré son état végétatif, il souffre, il va souffrir .....

    si il peut souffrir, ne peut-il pas aussi penser ? 

    qui peut affirmer que NON ..... 

    Bon c'est un sujet très grave et très controversé .

    Mémé en soins palliatifs a dut être aidée .Elle devait s'endormir dans l'heure qui suivait...

    Mémé s'en est allée 48 heures plus tard et comme elle était agitée la première nuit, la dose a été augmentée pour qu'elle s'apaise . 

    Nounou ne l'a pas quittée , Elle l'a veillée , elle voulait être là ,près d'Elle pour le passage....

    Le départ de Mémé , l'a bien faite réfléchir.

    Sa conclusion, c'est que dans tout ce temps il se passe beaucoup de choses que la médecine, ne peut pas appréhender ,car c'est d'un domaine qui frôle l'irrationnel .

    Nounou en a tiré la conclusion, qu'il est impossible que l'on sache ce qui se passe vraiment dans cet état dit de "légume" et ce qu'elle en a tiré c'est qu'elle refuse clairement que si un jour ça lui arrive , elle soit  débranchée .

    Que l'on a pas le droit de voler à un être humain , ce qu'il peut être le seul à vivre......

    même si personne ne peut le partager....

    Même si la science ne peut l'expliquer !

    Y en a marre que la science doive tout controler ! 

    Edmond Rostand fait dire à l'Aiglon à qui l'on cache qu'on va lui donner l'extréme onction :

    " On n'avait pas le droit de me voler ma Mort ! "  

    Le rapport avec le titre de l'article ?

    un joli conte de André Maurois qui explique qu'au moment où l'âme quitte le corps , une baisse de poids se produit .

    Le poids de l'âme ....

    De tout coeur avec les parents de Vincent Lambert et avec lui .

     

    « Une vieille voiture et des souvenirs Quand Monsieur le curé ne voulait pas s'en laisser conter ......... »

  • Commentaires

    1
    Mardi 2 Juillet à 15:58

    C'est un sujet très très délicat qui tient à notre conscience. J'ai aussi vécu un cas très difficile, comme beaucoup d'entre nous hélas.

    Mais je me dis une chose, en parallèle à ce débat : nous accordons à nos amis animaux un droit au départ en douceur ... et nous ?

      • Mardi 2 Juillet à 16:42

        Probléme personnel , intime , en notre âme et conscience...

        J'avais un avis très tranché , j'en ai totalement changé suite à ces réflexions  qui m'appartiennent et sont MA vérité et non, LA vérité .

        Quand ma belle fille a été tuée sur le coup , ce jour là , je l'aurai préférée dans le coma, comme un légume pour pouvoir l'accompagner, lui tenir la main, lui parler , espérer ...sauf qu'une  chose certaine : il n'y avait plus aucun espoir .

        Un ami a eu son fils de 17 ans fauché par une voiture ...... Cet ami a eu la chance de pouvoir installer son fils ( végétatif pendant 20 années ) dans une piéce spéciale construite pour lui,  sur sa propriété  , avec du personnel qui se relayait pour les soins du quotidien ( le tout payé par les assurances  ). Le jour où il a dut être hospitalisé , il est décédé . je sais que  la mort de leur fils  fut un drame et non un soulagement alors qu'on aurait compris que ce le soit.

        Je veux simplement dire que je comprends les parents ..... et perso ma décision est prise et dite et comprise par qui de droit .

        Nos petits compagnons, oh oui, je ne veux pas qu'ils souffrent , comme je ne voulais pas que Maman souffre ....sauf que Ma Maman n'est pas partie en douceur , pourtant elle ne pouvait pas être mieux accompagnée  et c'est bien ce qui m'a fait réfléchir .

        Bon, ben ok, pas très gaie ces temps ci.......

        on va essayer d'alléger ........ le blog à défaut de la température et de l'actualité.....

        Caresses aux minettes ..... 

      • Mardi 2 Juillet à 17:21

        Disons que l'on ramène toujours un sujet aussi délicat à ses propres expériences. Quand je pense à ce pauvre garçon, je me dis que s'il n'a qu'une minute de conscience par jour, ce soit être une horrible torture mais ... ?.

        C'est bien le souci de ce genre de drame, tenter de ne pas le ramener à soi mais à celui qui le subit au premier plan. Hélas, il ne peut exprimer son ressenti.

        J'ai très bien connu une personne atteinte d'Alzheimer hautement dégénératif. Ce malheureux avait parfois conscience de son état, s'effondrait en larmes et demandait en hurlant à ce qu'on l'aide à en finir. Il a subi cela plus de 10 ans ...

        Il n'existe hélas dans des cas pareils aucune vérité, juste la conscience et la douleur.

         

      • Mercredi 3 Juillet à 14:40

        C'est bien pour ça que je dis MA vérité  , MA réflexion ,  créées par MON vécu ....

        ---- 

        Sinon, ce serait comme les personnes qui n'ont jamais pris un granule d'homéopathie de leur vie et ont un jugement très tranché affirmant que c'est un placebo......

         

        chaleur toujours intense , ici

    2
    TICARAMEL2
    Mardi 2 Juillet à 16:05

    Bonjour Parrain: Avec la trilogie de marcel pagnol, l'aiglon c'est les trois pièces de théatre préférées de papa,et dans l'aiglon le poème de fin edmond rostant  à écrit ce magnifique texte..." Et maintenant il faut que ton altesse dorme....ame pour qui la mort est une guèrison..." sa veut dire beaucoup pour mon papa. carésses parrain bisous de la part de papa à ta nounou et papounet   cool

    3
    Mardi 2 Juillet à 16:07

    C'est un sujet très très délicat qui tient à notre conscience. J'ai aussi vécu un cas très difficile, comme beaucoup d'entre nous hélas. Je sais qu'il y a eu sédation pour éviter la souffrance, mais j'avoue ne pas savoir peser le bien du mal dans un cas aussi délicat.

    Mais je me dis surtout une chose, en parallèle à ce débat : nous accordons à nos amis animaux un droit au départ en douceur ... et nous ?

      • Mardi 2 Juillet à 18:28

        Mais je suis pour le départ en douceur , pour une personne en FIN de VIE ,  sinon je n'aurais pas choisit les soins  palliatifs pour Maman . Il faut savoir qu'il y a eu tout un dossier à faire, avec entrevue,discussion,  interrogatoire  avec l'équipe médicale et psychologue , et idem pour Maman . Avec beaucoup de délicatesse , elle a été interrogée , analysée pour savoir si elle était prise en palliatif .

         Je respecte par dessus tout l'opinion des  personnes qui ont été confrontées à l'une de ces situations .Quelle que soit cette opinion !

        Vincent Lambert n'est ps en fin de vie, il est handicapé lourd et ce qui me géne le plus c'est que la plus acharnée soit on épouse .

        Caresses au ti filleul

      • Mardi 2 Juillet à 21:20

        Vous voyez, cette triste affaire m'a fait réaliser, comme à beaucoup, qu'il existe un formulaire pour exprimer ses choix en cas de ... plein de choses

        Il est bien fait, car il évoque plein de possibilités de problèmes auxquelles on ne pense pas, et il faut le noter, j'ai apprécié.

        Et je l'ai rempli et confié pour qu'il soit rajouté à mon dossier médical.

        Je ne dis pas que c'est une solution mais au moins c'est une volonté.

        Brr, pas gai tout cela

      • Mercredi 3 Juillet à 08:18

        Je savais que ce formulaire existait.

        J'ai déja clairement dites mes volontés , mais je vais aussi remplir ce formulaire ....pour le futur .Plus prudent .

        Bien triste affaire, oh oui, surtout pour les parents ..ce qui me dépasse c'est que tous les membres de la famille s'en méle. Dans un cas d'héritage , quand le couple n'a pas d'enfant, ce sont les parents les héritiers directs....

        Je pense que le législateur va profiter de la dite affaire car la seule existante ( Léonetti) est loin de répondre à un tel cas ... et je dirais ne la concerne pas, puisqu'elle concerne le cas de FIN de VIE . Ce qui en l'occurence n'est pas le cas .

        La langue française est très riche ,très variée, chque mot ayant un sens très précis et non un flou artistique. 

        Pas gaie tout cela au non ..

        Comme quoi , cet article écrit sur le coup du coeur et de la colére n'aura pas été inutile...

        Douce et paisible journée 

    4
    Mardi 2 Juillet à 16:32

    Cruel dilemme en effet pour l'avoir vécu avec maman..... comme le dit si bien Jean Marc nous accordons à nos animaux un droit au départ en douceur ? nul ne sait ce qui se passe dans une âme

      • Mardi 2 Juillet à 17:09

        Le départ est-il toujours en douceur ? Pour l'un de mes chats , Mon Riri que j'aimais tant , ce fut un départ horrible pour lui alors que je voulais pas qu'il souffre ! C'est moi qui en souffre encore ......

         

      • Mardi 2 Juillet à 17:23

        J'avoue que je suis hélas passé plusieurs fois par cette triste solution.  Les choses se sont toujours passées avec une grande douceur et paisiblement, même si c'était un dernier choix très douloureux à prendre. Triste expérience pour le pauvre Riri.

    5
    Mardi 2 Juillet à 18:00

    C'est un cruel dilemme . Je n'arrive pas à avoir une position tranchée sur le sujet . Ma fille est décédée dans mes bras au bout de 3 jours de coma , après s'être battue 9 ans contre les cancers et avoir supporté 3 chimios . La perdre a été horrible et cela l'est toujours. Si cela avait été possible, aurais-je préféré qu'on la maintienne en vie ? je n'arrive pas à répondre à cette question . 

      • Mardi 2 Juillet à 18:42

        Ce sont pour moi des cas à cas .

        Ma belle fille, qui venait d'avoir 21 ans un  2 avril, belle, amoureuse,pleine de vie, d'espoir , part en vacances et se plante  14 jours plus tard dans un mur . Coup de lapin immédiat .

        Nous l'avons évoqué à midi,avec son pére ,  31 ans plus tard et tous les deux sans en avoir jamais parlé avions la même position . Si seulement nous avions pu encore l'avoir avec nous , même dans le coma .Mais nous ne l'avons jamais eu souffrante, diminuée.....

        Le copain dont je parle dans un com plus haut  c'est pareil . Son fils est parti faire du vélo plein de vie, en bonne santé et soudain il s'est retrouvé inconscient , dans le coma , pendant des années ..

        Comment savoir dans un autre cas de figure , comment nous aurions réagit ? 

        Je me suis simplement aperçu avec Maman, que même en état de sédation, il se passe des choses dans la personne qui est plongée dans cet état là , de petits signes , infime crispation du visage .... C'est ce qui pour moi, m'a fait changer d'avis !

    6
    Mercredi 3 Juillet à 09:12

    J'y pense beaucoup sans parvenir à me décider ... Il semble qu'il ait émis le vœu, du temps où tout allait bien pour lui, de ne pas avoir à subir d'acharnement thérapeutique. Le problème serait tranché s'il l'avait noté par écrit. Sa famille ne serait pas en train de s'entre-déchirer. S'il a conscience de son état, quel que soit son état de conscience, c'est l'enfer pour lui parce qu'il ne peut exprimer ni sa souffrance ni sa volonté. Personnellement je serais plutôt d'avis de le laisser partir comme il le souhaitait, comme le souhaiteraient, je pense, de nombreux patients plongés dans un état végétatif. Cependant ... s'il advenait qu'un progrès surgisse ? S'il était possible qu'il sorte de sa torpeur ... Que penser. Prendre une décision, pour la famille, c'est l'enfer aussi. Quand nous accompagnons nos animaux en fin de vie nous nous sentons toujours coupables, à nous demander si c'était le bon choix, si notre animal n'aurait pas pu vivre encore un peu, s'il n'y avait pas d'autre moyen pour le soulager que l'euthanasie ... Pour Vincent, il me semble qu'on devrait prendre une décision définitive, quelle qu'elle soit, et ne pas le martyriser avec des fins de soins qui reprennent huit jours plus tard. 

      • Mercredi 3 Juillet à 09:31

        Quand je lis cela , j'en suis encore plus révoltée.......

        Il est sorti d'un coma végétatif pour un état de conscience minimal..

        Il existe des structures prétes à  l'accueillir jusqu'à sa disparition finale.......

        Les soins ? mais il n'en a pas . Il n'est relié à aucune machine, sauf qu'il ne peut pas déglutir correctement donc il est nourri artificiellement . Ce qui veut dire " arret des soins" le laisser mourrir de faim et de soif........

        C'est ce qui serait arrivé à Ma Maman si elle ,n'avait pas été aidée sédatée , tout en continuant à être hydratée et branchée sur l'oxygéne . Donc la fin la plus douce possible pour Elle , mais son visage pendant les 48 h était loin d'être serein....... ce qui m'a provoqué toutes ces réflexions, sur ce que la personne peut vivre intérieurement dans cette phase là.....

      • Mercredi 3 Juillet à 10:46

        Ils se  battent jusque sur Wikipédia ... Je sais qu'il y a quelque temps on a commencé de le laisser mourir de faim et de soif avant de reprendre "les soins" et ça ce n'est pas tolérable, ou on le nourrit ou on arrête de le nourrir mais on ne change pas d'avis tous les 8 jours, c'est atroce. Le problème dans son état, c'est que personne ne sait ce qu'il pense, ce qu'il ressent, personne ne peut évaluer son degré de conscience et de ressenti. Ta maman exprimait quelque chose ... Une fin douce pour ta maman, malgré tout son visage n'était pas serein. Qui peut dire ce que ressent une personne, à cette étape de sa vie ? Qui peut dire ce qu'elle souhaite le plus au monde ? Si nous savions, ce serait tellement plus simple. Je n'ai pas été confrontée à ce genre de situation avec mes proches, et je ne me permettrais pas de seulement suggérer ce qu'il faudrait faire ou pas. L'essentiel étant de tout mettre en oeuvre pour que la patiente ou le patient ne souffre pas physiquement. Mais peut-on empêcher le souffrance morale ... Quelle est-elle, cette souffrance morale ? Comment peut-on la quantifier ? Ce sont là des situations tellement douloureuses pour la famille ...

      • Mercredi 3 Juillet à 16:42

        Je rejoins ta réflexion. Nous ne pouvons nous empêcher de tout ramener à notre caractère et notre vécu.

        Mais il y a au une vie - physique et une âme - derrière tout cela dont nous ne savons rien dans on état. On ne peut "qu'imaginer",supposer, se mettre en situation sans aucune certitude et c'est pour ce pauvre être que je suis triste.

        Cela déchire une famille, chacun pense peut être au mieux avec ses convictions, je crois qu'il n'y a pas à juger et je n'ai pas le souhait de le faire, c'est trop difficile, trop biaisé par notre propre affect.. 

        Mais que ressent ce malheureux ? Ou que ne ressent-il pas ?

        J'ai pris mes dispositions par écrit comme indiqué plus haut car je sais ce que moi je voudrais et cette triste expérience me terrorise et me glace le sang, je sais ce que je ne voudrais pas me voir imposé, mais avec ma sensibilité et ma vision des choses, mon vécu, mes expériences passées etc . Comme chacun de nous, nous ne pouvons être objectifs, c'est humain et normal.

         Pauvre garçon, je le plains vraiment à lui du fond du cœur.

         

    7
    Mercredi 3 Juillet à 17:36

    Je le plains aussi depuis des années, si seulement il pouvait communiquer d'une façon ou d'une autre. S'il avait mis par écrit ses dernières volontés, toute cette polémique autour de l'arrêt des soins n'aurait pas lieu. Lui, serait délivré depuis longtemps. Mais il n'a rien écrit. Comme toi jean-Marc je devrais exprimer par écrit ce que je veux si d'aventure un accident, une maladie, me plonge dans le même état que Vincent Lambert. Ne serait-ce que vis-à-vis de mon frère et de mes sœurs, pour qu'ils n'aient pas à se poser l'infernale question à savoir si oui ou non on débranche ... Je pense que c'est une responsabilité que chacun devrait prendre pour son propre bien et pour le bien de sa famille, mais peut-on penser sérieusement que cela peut nous arriver à nous aussi ?



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :