• De Barcelonnette à La vallée des rois ......

    Alors là ! va falloir vous accrocher .

    Confortablement installés dans des coussins, un sac de croquettes à portée de patounes , parce que le voyage va être long ... trés  long... jusqu'à Toutankhamon .

    Il va commencer vers les années 1935  et se terminer en 1985 .

    Il commence à Marseille , avec Margueritte , plus connue sous le nom de Maguy  ..

    En ce temps là , la très belle Maguy , dans l'éclat de sa jeunesse , de son élégance , est couturiére privée . 

    Elle travaille chez Elle , enfin chez ses parents , et habille ces dames de la bourgeoisie marseillaise qui créchent rue Paradis .

    Elle connait alors un amour réciproque avec le frère de l'une de ses clientes .

    Mais voilà, elle a beau être très belle, très raffinée avec des maniéres de dame anglaise , ce n'est pas un "beau et bon " parti !

    C'est pour la cliente bourgeoise, une véritable mésalliance que son frére épouse sa couturiére aussi douée soit elle .Quand à la beauté cha vaut pas un bon sac de piécettes lourdes et tintantes .

    Et de préférence en or , les piécettes ......

    Le jeune homme originaire de Jeausiers  dans la vallée de l'Ubaye  , fait alors le rêve fou de ceux que l'on a alors appelé les "barcelonnettes " , du nom du village . 

    Dans les années 1850 , les commerçants de l'ubaye sentent la bonne affaire avec l' implantation de leurs manufactures de filatures  au Mexique .  

    Une ruée se produit alors , vers ce pays qui est pour eux un El dorado .

    le jeune homme décide de partir le premier et propose alors à Maguy de le rejoindre au Mexique où ils pourront se marier .

    Grand Mémé , incite Maguy à partir .

    Mais , Maguy  hésite ! D'ailleurs elle passera sa vie à hésiter , et quand elle hésitera pas, elle se plantera !

    Elle a pas hérité de ses ancêtres ,leur caractére aventureux .

    Si à la rigueur sa jeune soeur l'accompagnait ... mais la jeune soeur vient de se fiancer , alors Maguy , partira pas, mais toute sa vie, la présence du "Mexicain" planera ...

    Il l'attendra très longtemps ... et puis dans les années 50 , il fera comme les autres Barcelonnette , reviendra au pays, se fera contruire une villa mexicaine , , se mariera  enfin, las de l'avoir tant attendue  ..... .

    Maguy se maria en 1941 ... Un mariage que la gestapo brisa 9 mois plus tard .

    Je vous l'avais bien dit , que quand elle se décidait c'était pour se planter !

    Quand elle décéda , Mémé trouva un énorme paquet de lettres de son amoureux mexicain soigneusement enrubannées d'un fil bleu fané avec le temps ....

    Ils se sont donc tellement aimés .... Bien dommage qu'elle n'ai pas eu le courage d'être heureuse !

    Ok ! on est à Barcelonnette après avoir fait une incursion au Mexique !

    Euh Nounou , c'est quoi le rapport avec ton voyage en Egypte ?

    Oh tu sais bien Phiphi que les choses de la vie ne sont jamais aussi simples qu'elles y paraissent .

    Des fils ténus , nous guident ....

    Bon j'ai compris ! nous allons faire un ti entracte , grignoter quelques croquettes et même faire un ti somme , avant la suite des aventures !

     Parce qu'à ce train là, nous sommes point encore arrivé !

    « Tout ça pour cha ...........Mexico, sur le trajet de Louxor ..... »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 9 Juin à 14:50

    Je trouve cette belle et triste histoire passionnante. J'y retrouve d'innombrables fantômes du passé. 

    Je note aussi une expression fabuleuse "elle n'a pas eu le courage d'être heureuse". A méditer un million de fois.

    J'attends la suite mais merci pour cette page, ne me demandez pas pourquoi, mais elle m'a particulièrement touché.

      • Vendredi 9 Juin à 18:41

        Merci Jean-Marc de t'avoir touché avec cette belle et triste histoire .

        Moi qui connais toute sa vie , je me demande de quel lourd fardeau elle avait hérité qui inconsciemment lui fit toute sa vie fuir le bonheur . Elle passa sa vie à sentimentale à toujours faire le mauvais choix .  

        je pense que nous n'héritons pas que les génes de nos ancétres,, nous héritons aussi de leurs histoires   .

        Douce soirée

      • Vendredi 9 Juin à 20:25

        Bien d'accord avec la dernière phrase. Nous héritons et payons souvent pour le passé et l'histoire de ceux qui nous ont précédés.

    2
    Vendredi 9 Juin à 14:52

    Quelle triste histoire d'amour ... Elle en sait des choses Nounou, un vrai livre d'Histoire et d'histoires ... Phiphi fais bien attention à ta santé et la prochaine fois accroche-toi bien à ta boîte de transport, ne t'envole plus ! Caresse et ronron de Félix wink2.

      • Vendredi 9 Juin à 18:45

        elle ne fit qu'enchainer les tristes histoire d'Amour .

        Son mari entra dans la  résistance  avec Elle . Prit pas la gestapo , il eut le cervelet brisé .Interné , il passa sa vie à se suicider , toujours sauvé in extrémis . Maguy ne put divorcer , ce n'était pas possible en ce temps là ....

        Oh j'étais sage comme une image quand j'étais enfant , j'écoutais beaucoup ce qui se racontait et cela me passionnait sans toujours bien tout comprendre.

        Caresses à Félix, bonne soirée 

    3
    Vendredi 9 Juin à 15:57
    Cette histoire est très touchante. Il en faut du courage -et encore davantage pour les femmes de cette génération la - pour vivre ses rêves et son amour en transgressant les diktats de la société. "Avoir le courage d'être heureuse" est parfois très difficile. J'ai de la peine pour Maguy et son amoureux.
      • Vendredi 9 Juin à 18:54

        Partir à l'aventure en 1935 , pour aller se marier si loin , oui il fallait du courage .par ailleurs elle était très famille, et se sentait incapable d'abandonner les siens . Tant qu'elle le put , toute sa vie elle fut là dés que l'un des siens avait un souci un probléme . Une histoire qui m'a profondément marquée , parce que quelque part elle m'a toujours accompagnée.

        "Le Mexicain" dont j'ai oubliè le prénom , lui avait fait cadeau d'e 3  piéces d'or suisse .Elle en avait  fait monter une  en pendentif . je l'ai toujours .

        Caresses aux belles fées

        Bises

    4
    Griseldis
    Vendredi 9 Juin à 18:53

    Oui, il faut du courage pour être heureux comme il en faut parfois pour guérir, que l'on soit homme ou bête. Ils étaient bien beaux tous les deux.

      • Vendredi 9 Juin à 18:55

        C'est son mari qui est avec Elle sur cette photo . je n'ai jamais vu de photo du mexicain. mais lui aussi , était très beau, de ce que j'en ai entendu dire  .Ma tante était très sensible à la beauté , l'élégance .....

        Douce soirée

    5
    Poupette
    Vendredi 9 Juin à 22:00

    Maguy n'a pas eu de chance, si on peut dire. Mais je comprends en même temps qu'elle ait hésité à se rendre au Mexique. A cette époque, il n'était pas aussi facile de voyager que de nos jours, où des centaines d'avions sillonnent le ciel quotidiennement !

    Ronrons Phiphi

      • Samedi 10 Juin à 09:21

        Comme disait toujours Pépé : faut remettre dans le contexte du temps .

        C'est vrai que les voyages en ce temps là, c'était des exploits ....

        Le voyage était alors en bateau .... Mais au Mexique il y avait toute la colonie française de la vallée de l'Ubaye , et donc , elle ne se serait pas retrouver seule en plus de celui qu'elle aurait épousé .

        Mais se séparer de sa famille , était pour Elle , impensable .Sa jeune soeur eut une vie inverse .Mais elle avait un sacré caractére , la petite soeur . C'était Mémé .

        Ronrounnets  



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :