• Ce 15 aout là..... et les jours qui suivirent ....

     

    Ben nous continuons sur le débarquement et nous revoici à Marseille ...

     

    Ce 15 aout là, dés 6 h du matin ,heure de l'ouverture des grilles , Ils étaient nombreux les fidéles pour grimper jusqu'à la Vierge , pour l'honorer en ce jour de sa fête, car on sentait que le débarquement en Provence allait pas tarder . Il le fallait bien, si on voulait libérer le pays ...

    D'autant que les jours précédents, les bombes tombaient drues sur la Joliette .

    Il faut savoir que depuis sa construction sous François 1 er , c'est le seul édifice religieux a être dans l'enceinte d'un fort militaire ( le fort Villars ) !  Une cohabitation Eglise - Armée qui durait depuis 1516 ...... oui pour ceusss qui  connaissez vos dates historiques par coeur ,  l'année qui a suivi la victoire de Marignan, histoire de situer dans le temps  !  

    Ce fut le 21 juillet 1941 qu'enfin fut signé l'acte de séparation entre l'Eglise et l'Armée ! 

    L'armée n'avait plus rien à faire dans l'enceinte de la basilique ..... sauf que en novembre 1942 , la zone libre était occupée et la belle aubaine  pour les allemands d'investir Notre Dame de la Garde et  le Fort Villars en particulier .

    C'est que le tout a une position stratégique de haut niveau ! c'est le cas de le dire ! 

    Avec entr'autre sa herse qu'on léve à volonté , ce qui était encore fait tous les soirs du temps de la jeunesse de Nounou !.

    Donc ce 15 aout 1944 , quand les fidéles grimpérent la centaine de marches d'escalier pour aller prier la Bonne Mére, ben les grilles étaient fermées et gardées par des soldats allemands armés de mitrailleuses .

    ( 15 aout 1958 . Au bas de ces marches les grilles qui enferment le site , dans le prolongement l'ascenseur où sera accroché l'ordre de faire sauter Marseille ) .

    Impossible d'accéder au sanctuaire .

    Beaucoup s'agenouillent sur les marches , prient déposent des fleurs..

    seuls les prétres et les 11 soeurs franciscaines attachés à la basilique peuvent y pénetrer  , sans en ressortir et passeront les nuits suivantes sur des chaises longues dans la crypte  ! 

    Monseigneur Borel recteur de la basilique les a rejoint le 16 .

    Il fallut la protection de la Vierge pour que les religieuses échappent aux ballles .

    et cela va durer jusqu'à la libération de Notre Dame de la Garde qui se fera le 25 Aout , jour de la Saint Louis .

    Cette bataille sera des plus sanglantes !

    Des témoins de première main : Grand Mémé , son neveu Jean .

    Pour que vous suiviez bien le plan du quartier avec en Bleu la maison . 

    Le trajet :  bd Vauban , Rue Fort du Sanctuaire ( trait rouge puis jaune sur le plan  ) , et arrivée au bas des escaliers qui partent dans la colline  là où on ne voit plus de maison .

    ( Voui au passage , l'arriere Grand Mére de Nounou habitait en 1860 au 20 de la rue Fort du Sanctuaire ) .

    Les éclats d'obus tombaient dans la cour de la maison où Nounou devenait verte de terreur et où René allait avec le cousin de Pépé , celui qu'ils appelaient "Tonton Jean" ramassaient  les dits éclats et les groupaient dans un coin de la cour , pendant les accalmies   !

    Encore un sacré Personnage que le dit Tonton Jean .

    Né en 1891 , il avait les allures débonnaires de Panisse .

    Quand Nounou trouva son livret militaire , sur les fesses qu'elle en resta !

    Bon elle savait qu'il avait été dans les zouaves ( guerre de 14/18 ) et même qu'il avait été incorporé à un autre bataillon, le sien ayant été complétement décimé !

    Il  a été à Tunis, Bizerte , puis nommé  aux tirailleurs et à l'armée d'orient .

    La guerre commencée comme simple troufion , il la termine sergent ...

    Il avait obtenu " l'épinglette en argent et le cor brodé d'or comme meilleur tireur ."...

    Le 20 , un drapeau rouge est fixé à l'extrémité de la passerelle de l'ascenseur , par le commandement allemand !

    C'es le signal donné pour faire sauter un certain nombre de bâtiments dans Marseille , dont le pont transbordeur .

    Le second massacre perpétré contre Marseille , par les allemands ( après le dynamitage du quartier du Panier et du vieux port ) . 

    Ce 25 aout 1944 ,Jean  est sur le pas de la porte de la maison , encourageant les soldats , ces soldats qu'il connait bien,les Africains :  tirailleurs algeriens , sénégalais , les tabors et les goumiers .... 

    "----- Car nous voulons porter haut et fier

    Le beau drapeau de notre France entière

    Et si quelqu'un venait à y toucher,

    Nous serions là pour mourir à ses pieds

    Battez tambours, à nos amours,

    Pour le Pays, pour la Patrie, mourir au loin

    C'est nous les Africains !"

    Quand ils vont redescendre ensanglantés sur des civiéres , il leur donnera des bouteilles d'eau .. les encouragera ....

    Il suffisait déja de penetrer par l'entrée sur le boulevard Vauban, passer dans le couloir qui débouchait dan la cour où était la petite maison familaile , traverser la maison on débouchait dans un minuscule jardinet où il suffisait de grimper dans les rochers aplombs pour surgir dans une petite ruelle . Des passages pareils, il en existe pleins dans le quartier .

    Un du quartier , indiqua aux soldats un  escalier dérobé ,dans une ruelle qui permettait d'accéder à Notre Dame , en file indienne sans être vus ..... ce 'passage secret'  était alors surtout connu des jeunes amoureux qui cherchaient  la discrétion ...

    Cette discrétion sauva beaucoup de vie , ce jour là et permit aux sauveurs de déboucher par surprise sur la colline !

    Mémé , Grand Mémé disaient :  !

    " Mon  Dieu quelle misére ! D'avoir vu "monter " tous ces beaux jeunes gens  , pleins de vie et ensuite les avoir vu redescendre blessés, mourants , sanglants .....

    Car la bataille de Notre Dame de la Garde dura 10 jours !

     " Le 25 août 1944, ver 13 h , par le boulevard GAZZINO et la montée de l'Oratoire , les chars du 2 ème régiment de cuirassiers de la 1 ère D.B. parviennent à la place Santa-Maria !

    Ils tirent sur Notre-Dame de la Garde où  les soldats allemands se sont enfermés dans le fort  et ripostent .

     Atteint par un obus allemand, le char Jeanne d'ARC ( au nom prédestiné) , se renverse contre le mur de la résidence et prend feu , provoquant la mort de  trois de ses occupants !"( 2  auront le temps de s'extraire du char dont l'un sera blessé )

    Les morts dans le Jeanne d'Arc en flamme :  

    - Le  marechal des logis, André Keck , chef de char .

    - le brigadier Roger Guillot , tireur 

    - le cuirassier Georges Latour, aide pilote .

    Les hostilités terminées, le char contenant toujours les restes de ses occupants ,  sera laissé sur place mais déplacé au milieu de la chaussée !"

     

    C'est l'histoire du Char ,devenu un lieu de pèlerinage sacré pour les habitants du quartier ( du temps de l' enfance de Nounou !) 

     la moindre occasion pour aller leur déposer symboliquement quelques fleurs ou leur donner une aubade .

    Ils étaient devenus enfants du quartier , sacrifiés pour que les "minots" puissent continuer d'aller jouer librement et sans crainte dans la colline sous l'oeil des Grands Méres . 

    De nos jours , repeint ( mais ce n'est pas la bonne couleur ) Nounou a trouvé qu'il avait perdu son caractére sacré !

    Il fait trop neuf , trop théatre ....

    Cette bataille  fut conduite par le général de Monsabert qui après avoir suivi la messe  d'action de grâce , déposera son fanion de voiture criblé de balles parmi les ex-votos .

    Il dira :

    "Je n'ai été avec mes soldats que l'instrument providentiel de cette libération . C'est ELLE ( la bonne Mére) qui a tout fait " !

     

     

    Je terminerai cet article où il y aurait encore tant à dire et de photos à mettre par ces quelques lignes d'un très grand Résistant ainsi que son épouse : 

    A l'armée Noire

    Passant 

    ils sont tombés fraternellement unis 

    pour que tu restes français.

    Léopold Sédar Senghor  

    « Débarquement en Provence vers 50 ap JC et autres ....Niouses phiphinesques »

  • Commentaires

    1
    Samedi 17 Août à 16:32

    Quel bel article bien documenté et bien illustré avec des clichés d'hier et des clichés d'aujourd'hui ... et un plan !

    Une bataille pour Notre Dame de la Garde ! Dans le fond, que la guerre c'est la succession et le cumul de batailles et voilà que ce sont les histoires locales qui font la grande histoire ...

    Le temps a dû paraitre long aux franciscaines et aux prêtres enfermés dans la basilique en ces moments incertains ... bon l'Evêque les a rejoint pour rester avec eux, mais quand même ...

    Ce char entouré d'une devenu un monument historique ... C'est vrai qu'avec son coup de peinture anti-rouille, il est transformé le char ... A Oradour sur Glane, tous les véhicules sont laissés en l'état donc rouillés, mais un jour il n'y aura plus rien sans doute ...

    Belle citation de Léopold Sédar Senghor 

      • Samedi 17 Août à 21:33

        Il m'a semblé nécessaire de bien nous localiser , pour que soit compris ce que cette bataille a été pour les miens ... bon j'étais née , mais je n'avais pas 6 mois .. j'ai sans doute quand même emmagasiné toutes ces émotions autour de moi , ces bruits ces peurs , ces sentiments  et ensuite il ne faut pas s'étonner que ces évènements ont alimentés les conversations..

        Quelque chose qui m'a toujours interpellée c'est  que le char qui a brulé en voulant délivrer la basilique dédiée à Marie ,  qui est dite Reine de France en " boutant les allemands hors de sa basilique ",  porte le nom de la sainte protectrice de la France qui a été brulée pour avoir "bouter les anglais hors de France " et rendu son royaume à son roi .... 

        En 1947 ( il me semble ) il a été restauré , repeint , mais dans ses couleurs iniales . Le préserver , oh oui, puisqu'il est cercueil et tombeau ..... Au moins traiter contre la rouille .......

        Léopold Sédar Senghor un trés grand monsieur comme sa  1 ére  épouse Ginette Eboué. 

    2
    Samedi 17 Août à 16:36

    Très bel article. Je ne connaissais pas les détails de la libération de Marseille, mais vous étiez aux premières loges.

    Je connaissais l'hymne des "africains" (merci de leur avoir rendu cet hommage) mais pas l'histoire du char.

    Cela devait être étrange et très particulier, conquérir une basilique ...

    Merci de ces lignes qui permettent d'honorer des mémoires de jeunes gens qui n'auraient demandé qu'à vivre et profiter de la vie.

      • Samedi 17 Août à 21:42

        J'y étais.... euh .... avec mes  5 mois ....... Dans les bras de Maman ou de ma Grand Mére pendant que les soldats montaient pour déloger les allemands de cette place stratégique , juste au dessus de nous......je devenais verte de peur  et  et Maman avait peur que j'en rende l'âme , à chaque obus qui éclatait ou chaque rafale de mitraillette ......Je ne m'en souviens pas, mais sans doute mon inconscient l'a enregistré .....

        Cet après midi , j'ai fait un parallélle avec  Montségur ..... point culminant , inaccessible ou presque , sauf par un passage secret , comme celui que les basques ont empruntés pour entrer dans la citadelle cathare . Haut lieu sacré .....

        Oh oui, pauvre jeunes gens .....

    3
    Samedi 17 Août à 16:58
    Tellement émouvant ce récit ! Merci Nounou de Phiphi.. Tant d’evènements et de détails trop méconnus ! Au passage, entre les lignes, des souvenirs de paroles entendues ds mon enfance me revenaient notamment cet oncle qui avait servi sous le commandement du Maréchal De Lattre de Tassigny, et qui conduisait un char ! Bien sûr lui ne parlait pas de Provence .... je ne sais exactement ds qu’elle region il était !
    Ces événements d’un 15 août bien particulier furent si durs .... émouvants aussi ces personnes qui priaient et ces religieuses et des prêtres retenus ds la crypte de la Basilique !
    Et cet hommage à Notre-Dame de la part d’un grand militaire !
    Encore et encore n’oubliions pas ce que nous devons à toute cette génération et toute cette jeunesse « sacrifiée « !
    J’ai bcp aimé le chant dont tu reprends qq paroles,l’autre jour lors de la cérémonie.
    Merci Nounou !
    Bcp de choses dans mon coeur....
    Bisou Nounou.
    Douce caresse Phiphi.
    Bonne soirée et bonne soirée à tous les trois et bon dimanche !
    Nicole75
      • Samedi 17 Août à 18:31

        Le général futur maréchal de Lattre de Tassigny surnommé "le Roi Jean" , commandait la 1ére armée française , celle qu débarqua en Provence et libéra Marseille . De Lattre était à Marseille le 29 aout . 

        Il fut le seul à commander des unités américaines et le seul à représenter la France à Berlin pour signer la capitulation allemande .

        Caresses à Micky

        Bises

      • Jeudi 22 Août à 19:31

        Merci pour ces précisions intéressantes. Petite fille, j'ai tant entendu parler du Maréchal De Lattre de Tassigny, par celui qui devint mon oncle, et vraiment je me souviens de cette "fierté" qu'il avait d'avoir servi sous ses ordres. J'avais 7 ou 8 ans lors du mariage de ma tante avec celui qui devint mon oncle, (à l'époque il y avait une heureuse coutume qui était celle des marraines de guerre .... qui donna lieu à plusieurs mariages !). Mais la guerre devait être finie depuis environ 4 ou 5 ans selon mes calculs (les jeunes couples "se fréquentaient", comme on disait alors, assez longtemps .... ). J'avais 3 ans lorsque cette guerre s'est terminée ; j'étais donc plus âgée que toi Nounou, mais je ne me souviens pas de ces trois années ; par contre après, baignant dans tant de récits de proches, là oui, c'est encore frais, même si je ne comprenais ou ne savais pas tout, comme les précisions que tu m'apportes !!! En effet, tu étais bien petite, mais notre subconscient enregistre !

        Merci pour toutes ces pages si émouvantes de l'Histoire de notre Pays, dans ses régions !!! Notamment celle de "La Bonne Mère" !!!

        Bonne fin de semaine. Bisou. Caresse à Phiphi.

         

      • Vendredi 23 Août à 11:50

        Un souvenir qui s'est imprimé dans ma petite tête , je devais avoir 3 ans , des militaires "montaient à notre Dame" en passant par notre boulevard . Ma grand Mére est sortie sur le pas de la porte serrant la main de mon frére  de sa main droite et la mienne de sa main gauche . Des soldats postés le long du boulevard . Peu de monde Un jour , voulant me faire préciser ce que je me demandais si c'était un réve ou quoi, mes parents ne croyaient pas possible que je puisse m'en souvenir . Au détail que je donnais, que personne ne m'avait jamais dit , ils ont du reconnaitre que je m'en souvenais bien. Un officier très grand très maigre debout dans une jeep militaire , dans un silence total .......C'est surtout ce silence ..... sur lequel j'insistais et leur ont donné la date de ce souvenir : C'était le général de Gaulle en 1948 ....

        Je viens de trouver la vidéo et en la regardant je comprends pourquoi il y avait si peu de monde sur le boulevard , ils devaient être tous au Char et à Notre - Dame  , le but de cette visite 

        Beaucoup d'émotion en la regardant  

      • Danielle =^.^=
        Vendredi 23 Août à 19:35
        Précieuses images ... oui, c'est impressionnant comme les souvenirs peuvent rester ou disparaître, ce que l'on " imprime " un autre ne l'aura même pas vu...ou ne " voudra pas" s'en souvenir .... Merci Nounou de partager ces trésors ici.
    4
    TICARAMEL2
    Samedi 17 Août à 17:43

    Bonjour Parrain: Ta nounou n' a pas compté le coté miracle qui sava tant de vie humaine des soldats français venus la libérer.Au deuxième jour des combats un obus tomba dans la petite chapelle,ou depuis on fait bruler un cierge,et mis le feu un allemand alla chercher une franscicaine et arrivé au commencement de l'incendie dans la crypte,se mit à genoux,défit un petit collier ou il y avait accroché une petite croix avec la téte de la vierge,fit une prière et fit un baiser à sa médaille la mit au milieu du feu,et quelques minutes plus tard le feu s'éteignit,alors que les militaires avaient lancés des sceaux d'eau et rien ni fit.Devant ce miracle tous les militaires présent se sont rendu aux franciscaines qui levèrent le drapeau blanc,Notre Dame de la Garde était sauvé. bisounnéttes parrain bisous à ta nounou et papounét

      • Samedi 17 Août à 21:44

        Ben je pouvais pas en parler, je   connaissais pas cette anecdote ... Je viens de la découvrir dans le lien ui est dans le lien donné dessous ton com .

        Bisous.....

      • Dimanche 18 Août à 12:52

        Comme quoi les miracles existent ...

    5
    Samedi 17 Août à 18:33

    En détail, jour par jour , heure par heure 

      • Samedi 17 Août à 19:10

        Merci, je vais lire cela

      • Samedi 17 Août à 19:30

        Très intéressant, merci

      • Samedi 17 Août à 19:41

        La rue montée de Notre Dame est sur le plan la ru toute droite en bordure des maisons qui débouche dans la rue fort du sanctuaire aprés la rue du Bourdon  

      • Samedi 17 Août à 20:15

        Très émouvant, cela me rappelle l'émotion que j'ai eu en lisant le livre "lettres de poilus de la guerre de 14/18"

      • Samedi 17 Août à 20:47

        Le récit de sœur Bernadette mis en lien (dans le lien) est également très touchant, très humain et très fort

      • Samedi 17 Août à 21:37

        Je vais aussi lire ce récit. merci

         

      • Samedi 17 Août à 21:52

        Oui lien dans le lien  . C'est un PDF et je n'ai pas trouvé de lien .

    6
    Danielle =^.^=
    Samedi 17 Août à 19:14

    Encore une fois" waouw ! quel article !!!"

    Je reviendrai suivre les liens + tranquillement ...merci pour les souvenirs ...

    et à Marseille ou ailleurs, "respect" ... et merci ...

      • Samedi 17 Août à 21:51

        De rien .

        Caresses aux mousachettes

    7
    Samedi 17 Août à 21:40

    C'est un article très intéressant et très émouvant. Nous devons tant à ces hommes souvent très jeunes qui ont perdu la vie pour sauver la liberté du pays . 

    Je vais lire le document heure par heure. Merci Nounou .

      • Samedi 17 Août à 21:45

        Oui interessant aussi à lire le témoignage de la religieuse en lien dans le récit 

    8
    Dimanche 18 Août à 10:55

    Cet article a été écrit essentiellement avec les récits de Ma Mére et de ma Grand Mére , enrichis par la lecture de la brochure de "Notre Dame de la Garde" , de "la Vierge de La Garde au milieu des bastions" .

    Dans Marseille insolite il est dit : que ce sont les tirailleurs du 7éme RTA qui accédérent à la basilique en utilisant un passage secret inconnu des Allemands et indiqué par les habitants . Cela ne m'étonnes pas du tout que plusieurs habitants du quartier aient indiqué ces passages secrets (il y en avait au moins deux , au 26 et au 32 )  en fait des  escaliers qui s'ouvraient derrière une façade ordinaire et serpentaient au milieu des maisons jusqu'au parvis de la Bonne Mére .Ils débouchaient sur le plateau de  Cherchell qui lui aboutit  rue fort du Sanctuaire aprés la montée Notre Dame .

    Dans mon souvenir des récits de ma  Grand Mére, "Tonton Jean" était de ceux à avoir indiqué ces escaliers .

    Du temps où il était un Jeune amoureux, né dans ce quartier, il avait du en avoir connaissance........

      • Dimanche 18 Août à 11:52

        Eh oui, les escaliers dérobés ont parfois des usages étonnants.

    9
    Dimanche 18 Août à 12:50

    Je suis épatée par la foule de détails et de photos qui viennent nourrir ton récit historique/autobiographique. Et très étonnée d'apprendre que le quartier est truffé de petits passages identiques aux traboules de Lyon !? Il faudra que j'aille voir ça de plus près un de ces jours. A très bientôt pour la suite Nounou et bien sûr mes chatmitiés à Phiphi !

      • Dimanche 18 Août à 16:25

        Ces 2 escaliers ont été depuis fermés par les propriétaires excédés ......

        Mais il doit bien en exister encore...

        C'est aussi à cause de ces passages d'une maison à l'autre que les allemands ont dynamités le  quartier du Panier en 1942 .

        De chez mon autre grand mére tu pouvais pareillement entrer par la rue Breteuil et sortir au Prado  , ni vu ,ni connu. simplement en enjambant des clotures des jardinets en contrebas .... 

    10
    rolande
    Dimanche 18 Août à 17:00

    quel plaisir de lire ce récit  et voir ces photos et apprendre les sacrifices qui ont été faits et dont on parle peu hélas .... c'est très intéressant et j'avoue que je n'avais pas lu tout cela dans les revues ou documents, mais il est vrai qu'ils sont de première main comme on dit et aussi les détails donnés par les fidèles lecteurs, et oui c'est une partie de l'histoire peu connue ou du moins oubliée ..... merci encore de partager avec nous, gros bisous et calinous 

      • Dimanche 18 Août à 17:41

        J'avoue , a part les 2 livres sur Notre Dame de La Garde, n'avoir rien trouvé concernant cette bataille et pourtant j'en ai des livres sur la seconde guerre mondiale et sur l'histoire de Marseille  . Si je n'avais pas habité aux "premières loges" , j'en ignorerais tout .

        Je dois  dire aussi que ma Grand Mére avait fait le voeu en 39 , que si son fils revenait sain et sauf de la guerre elle 'monterait' tous les dimanches , tant qu'elle en serait capable , écouter la grand Messe à la Vierge . Ce qu'elle a fait rigoureusement , et je/nous y allions  avec Elle . A chaque fois elle nous faisait remarquer les traces d'obus , de balles sur le coté de la basilique , s'extasiant que la Vierge n'avait , elle pas été touchée . L'enfant Jésus y avait perdu 1 ou 2 doigts !

        Qu'est-ce que j'ai pu les regarder les ex-votos militaires .... Je les connais par coeur......

        Et puis il y avait le char . .... et le respect que nous lui portions...

        Il y a une paire d'années , alors que j'en parlait aux petits fils de GM qui habitent Marseille , leur Maman fut toute étonnée, les gamins y avaient grimpés dessus pour jouer....... j'ai failli en avoir une syncope d'indignation !

         

        Bises  et Câlinous aux minous

    11
    Dimanche 18 Août à 19:50
    Dani & ses Chats (P)

    Très intéressant ton article !

    Je passe vite car je "cartonne" avec l'aide d'Emi ;-)

    Je reviendrais avec l'ordinateur, ton article mérite qu'on  s'y attarde.

    Je ne savais rien de tout ça !!!

    Très enrichissant, merci. 

    Surtout que j'aime beaucoup Marseille. 

    Bonne soirée. Câlins au Phiphinou joli. 

    Bises 

    12
    maîtresse Poupette
    Lundi 19 Août à 00:13

    Très bel article, très bien documenté. Ce sont souvent les petites histoires qui font les grandes...

    Caresses à Phiphi

      • Lundi 19 Août à 10:06

        Toutes ces petites histoires privées qui participent à la grande !

        Si Bonaparte n'avait pas outrageusement été cocufié par sa Josephine , Napoléon n'aurait pas pondu  de la même façon le code qui porte son nom.........

        Ronrons



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :