• Bavardages de comméres, années 50 ......

    Il y  a quelques jours , la boite à image à annoncer entre deux événements déja passés aux oubliettes la mort de Jack Lamotta , passé aussi depuis dans les culs de basse-fosse de l'information  ...

    C'est ainsi de notre temps , de ce 21 ème siècle où moi Phiphi ,je suis né ....

    un exemple de cette goinfrerie d'info :

    Nounou se branche sur fesse de bouc pour voir si y aurait pas des infos des chats de Beziers .

    Le temps de voir qu'il y a des notifications et hop ! perdue l'info , avalée par la gloutonnerie des nouvelles ......

     

    Donc revenons tranquillos, au rythme de la vie sage d'un greffier à cette  soirée où l'info de la disparition du boxeur fut annoncée . 

    Agé de 95 ans , dans les années 43-49 ,il avait vaincu Ray Robinson et Marcel Cerdan  

    Moi je pioncais tranquille sur le canapé au pieds de Nounou  qui s'est écriée,

    mais je le croyais mort depuis longtemps .

    Et GM de renchérir

    moi aussi !

    il devait pas être jeune !

    voilà ce qui s'appelle un bel hommage funèbre .

    J'ai ouvert un quinquet interrogateur et l'info était déja passée aux oubliettes de l'actualité !

    Dans ces années là , y avait pas de télé , pas d'internet , le temps avait le temps ....

    tout événement durait , pas comme aujourd'hui où tout va si vite , que le temps de lire une info, elle est périmée, enfouie dans la succession des messages ...

    En ce temps là, l'info était diffusée , commentée , relayée dans les journaux et

     y en avait des journaux alors ...... 

    Alors oui, on était au courant, on "suivait l'info" , on avait le temps ...

    Piaf et Montand , Piaf et Cerdan .

     

     Mais surtout l'info était  relayée par les bazarettes quand elles faisaient la queue chez le boucher, le boulanger !

    Grand Mémé lisait le petit provençal  et ensuite elle allait faire les commissions pour partager les infos avec ses voisines . Et c'était vrai puisque c'était écrit dans le journal !

    " Oh dites madame Michue, vous avez vu !"

    et ça y aller les ragots... les journaux pipoles auraient eu de quoi apprendre ...

    Tout y passait avec le même niveau d'intéret .....

    de la petite Machin qui a tous les coups avait un polichinelle dans le tiroir, à ce pauvre monsieur Truc, un si bel homme qui se retrouvait seul , au petit Chose qui le malheureux s'était engagé dans la guerre d'indochine pour avec la prime touchée , offrir une magnifique bague à sa fiancée....... l'indochine c'était loin, mais le petit Chose, lui habitait à deux maisons et le mauvais sang que ses parents allaient se faire ..... 

    et on embrayait sur Cette malheureuse môme Piaf dont le grand amour venait d'être tué dans un accident d'avion .

    Alors là, la voix se baissait d'un niveau !

    On ne sait jamais qui pouvait écouter ...

    Parce que Le Marcel , comme on disait , il avait perdu son titre de champion du monde contre Jack lamotta , et sur de sur , c'était pas à la régulière parce que le lamotta ( et là la voix baissait encore d'un ton) c'était le boxeur de la mafia ... et Cerdan  allait aux états unis , pour bien s'entrainer , ne pas se refaire avoir en traitrise et lui filer la racler au boxeur de la mafia ..... alors pas étonnant que l'avion se soit écrasé .

    Et avec un grand soupir ces comméres ponctuaient :

    Pauvre Piaf ! elle a vraiment pas de chance !

    Ben Moi je rajoute quelques précisions  interessantes .

    C'est pour rejoindre plus vite son grand Amour et donc à la demande de Piaf, que Cerdan prend l'avion au lieu du paquebot prévu .

    Dans l'accident qui a lieu aux Accores, 48 morts ! parmi eux se trouvent aussi la violoniste Ginette Neveu .

    Enterré en 1949 à Casablanca , dans son Maroc Natal, en 1995, son épouse, ben oui , il était marié depuis 1943 et avait 3 enfants , donc son épouse a fait rapatrier son corps en 1995 au cimetière sud de Perpignan . 

     

     

     

    « Le couple mythique de la colombe d'or.......Les feuilles mortes ....... »

  • Commentaires

    1
    Mardi 26 Septembre 2017 à 14:35

    Oh merci que de souvenirs. Pas pour moi bien entendu, mais cet accident d'avion que n'en ai-je entendu parler tant de fois à la maison. Un des mécaniciens de bord était un copain de mon pôpa. Que d'histoires, en effet, les destins de Piaf, Cerdan, Lamotta. 

    Oui l'information circulait lentement. Peut être avait elle ainsi le temps de la réflexion ? De nos jours une quelconque néo-célébrité a un cor aux pieds à l'autre bout de la planète et hop, l'information circule et devient obsolète aussitôt qu'elle a été émise.

    Peut être cela permettait il un peu plus de tri dans la qualité (pas toujours, c'est certain).

    Nous sommes noyés sous ces flux incessants, comment prendre le temps de vérifier , comment prendre le recul nécessaire pour trier, prioriser, sélectionner. Et critiquer ! c'est constructif la critique !

    Je ne dis pas qu'il faille revenir aux signaux de fumée, mais simplement que ces méthodes sont en train - de mon point de vue - d'assécher le terreau sur lequel elles ont fertilisé.

    Merci pour ce moment d'introspection, caresses l'ami. 

      • Mardi 26 Septembre 2017 à 17:22

        En ce temps là, bien connu de Nounou, le moindre événement devenait super important et des jours et des jours on en parlait, et ça s'amplifiait, devenait l'événement du siècle... alors pas possible de l'oublier ....

        et puis le matin , on allait chez le boucher ou le poissonnier, puis chez le boulanger , puis chez le maraicher , et à chaque fois un brin de causette ....... et le soir , aux beaux jours , la chaise était sortie sur le pas de la porte , et on remettait ça avec les passantes , où les voisines ......

        On prenait tout simplement le temps de vivre !

        Pleins d'ondes positives et zens à Sicille 

        Câlinous aux autres

    2
    Mardi 26 Septembre 2017 à 20:43

    Je crois aussi que ce rythme plus lent de l'information qu'on partageait  permettait de la mémoriser et de s'en faire des souvenirs . Les enfants entendaient les adultes en parler . A la maison on découpait beaucoup dans le journal et on gardait les infos qu'on jugeait importantes . Maintenant j'ai l'impression que tout part dans un grand trou noir , les gens ne s'en souviendront même plus dans quelques mois.  

     Maman nous confectionnait des livres avec les feuilletons du journal qu'elle collait dans un cahier. Ah les mélos que j'ai pu lire comme ça! " Les 2 orphelines" La porteuse de pain" Quels souvenirs!

    Caresses mon Phiphi et bises associées pour tes bipèdes .

     

     

     

      • Mardi 26 Septembre 2017 à 20:49

        Oh oui, les feuilletons , découpés et conservés ....

        C'est ainsi aussi que Papa , adolescent avait lu  des jules Verne , comme 20 mille lieux sous les mers dans l'illustration , et il nous disait son impatience à attendre la suite ....

        Les deux orphelines ,la porteuse de pain,le maitre de Forges , c'était les livres de ma grand mére ! on avait du les lui preter ........

        Caresses aux minettes

        Douce soirée

        Bises

    3
    Mercredi 27 Septembre 2017 à 08:59
    Le Maître de Frimous

    C'est quoi, une information importante - dans la boîte à images ou dans la boîte à blabla ?

    Et même sur Internet !

    Le 29 mai 2005, les Français ont voté "NON" au référendum sur le traité établissant une constitution pour l'Europe.

    "NON", parce qu'il GRAVAIT DANS LE MARBRE l'instauration d'une concurrence libre et non faussée dans l'Union européenne.

    Pendant des mois et des mois on nous a gavé de cette expression GRAVER DANS LE MARBRE.

    Mais... ce traité entendait corriger les traités précédents (Maastricht et Nice) sur un point capital : la prise de décision dans l'Union européenne. Ce sujet n'a pas été débattu, et pour cause !

    Sous le régime de Maastricht-Nice, l'unanimité des états membres est requise pour toutes les décisions (sauf quelque unes, mineures).

    Le traité de 2005 prévoyait une MAJORITÉ QUALIFIÉE selon les sujets.Résultat concret, si aujourd'hui UN pays, la Pologne, par exemple, s'oppose à modifier  la réglementation sur les travailleurs détachés, on ne peut rien changer ! Maastricht-Nice, c'est GRAVÉ DANS LE MARBRE !

    ...

    Les journalistes devraient donner aux citoyens des éléments clairs et vrais pour qu'ils forment leur opinion. En fait ils travaillent pour faire de l'audience à leurs employeurs. Pendant des semaines on ne parle que des noyés en Méditerranée. Puis, plus rien ! Idem l'Ukraine, le Venezuela, Grégory, le Climat, les SDF, etc.

      • Mercredi 27 Septembre 2017 à 10:26

        En ce temps là ......

        Papa a fait son service militaire  au 27 éme BCA ,à Annecy ........au bout du monde quoi  ! En tout cas pour lui , en ce temps là  ! C'était la première fois qu'il voyait autant de  neige et qu'il allait aussi loin .

        Pour aller à Paris le train mettait plus de 10 heures ......une véritable expédition où il fallait partir avec le casse croute .......

        Pour téléphoner il fallait aller chez le droguiste et payer cher la brève communication . Et il y avait encore "ABRI " peint sur les maisons qui pouvaient en offrir .....

        En ce temps là, si on leur avait parlé de traité européen .......

        Maastricht ? 

        --

        en fait les journalistes nous bombardent , nous matraquent  avec les sujets de leur choix , à nous en donner la nausée parfois et l'envie d'éteindre le poste .Il faut faire du "buzz " comme on dit .....

         

    4
    Mercredi 27 Septembre 2017 à 09:40

    Que de détails, j'apprends des tas de choses ici. Et c'est écrit dans un style enlevé fort plaisant à lire ! Pour le temps c'est vrai, société de consommation oblige, les starlettes passent aussi vite que leur rouge à lèvres, et l'on ne connaît jamais le dénouement des histoires. J'avais pour habitude de prendre à la pâtisserie du quartier un journal intitulé Lyon Autrefois qui publiait les faits divers tels qu'ils parurent il y a cinquante ou soixante ans, et c'était fou, le fourmillement des détails, dans un langage châtié et même solennel, le style qui remplaçait l'image, et le fol intérêt du public pour le voisin retrouvé dans le puits de son domaine ! Ah Phiphi les temps ont bien changé ... Maintenant, on tirerait en vitesse la chasse dans le puits pour vite passer à autre chose.

      • Mercredi 27 Septembre 2017 à 10:18

        Ah ! la merveille que de lire les journaux du début du 20 ème siècle .....avec des dessins , des croquis à la place des photos ......

        Chaque petit événement devenait dans le quartier un sujet central ! Chacun ou plutôt chacune l'étayant, donnant son avis .......

        même si ce jour là, il n'y avait pas de commissions à faire, on en trouvait une pour pourvoir aller papoter chez le marchand . Oui , en ce temps là, en tout cas chez moi, en provence on ne faisait pas des courses mais les commissions , ce n'était pas des commerçants mais des marchands qu'on appelait par leur nom.....

        Quand on allait chez le droguiste , c'était je vais chez  François acheter de l'eau de cologne à la tireuse , ou chez  Barret pour l'épicerie . Tout le monde se connaissait , se parlait , parfois se disait ses 4 vérités .....alors de deux jours on boudait et le 3 éme c'était reparti comme de rien ......

        Les temps ont trop changés !

        Caresses à Felix 

         

         

    5
    Poupette
    Mercredi 27 Septembre 2017 à 20:32

    C'est vrai que l'information circule vite maintenant. Elle est vite oubliée aussi... Mais on peut se poser pour lire le journal, et oublier internet et la télé...

    Ronrons Phiphi

    6
    Mercredi 27 Septembre 2017 à 23:36

    Je ne me lasse pas de te lire beau Phiphi. L'info donnée par toi, c'est quelque chose !

    C'est vrai, tout va un peu trop vite maintenant. Mais tu sais les commérages sont toujours là mais ... Pas de la même manière ... C'était mieux avant et les conséquences peut-être moins graves ...

    Caresses beau Phiphi

    Ronrons de Mimine

    8
    Jeudi 28 Septembre 2017 à 14:32

    J'étais toute gamine quand j'ai vu passer l'enterrement de Marcel Cerdan, et quand on allait au cimetière sur la tombe de mn grand papy on passait toujours devant celle du grand Marcel, mon mari et lui étaient enfants et ados en même temps  jadis et il m'en a raconté !!!! heureux temps 



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :